mercredi 23 janvier 2013

Cassiopée Solaire !

Ainsi ils se voyaient, il l'entourait de ses bras, simplement heureux de la revoir. Leurs conversations existaient sous d'autres formes, par emails, parfois par téléphone et par l'intermédiaire de leurs écrits, de leurs blogs, de leurs commentaires. Mais l'amitié aime aussi les instants réels.

Elle était sublime, perchée sur de fins talons hauts, avec cette élégance des femmes qui savent définitivement les intégrer à leur silhouette, chaloupant avec sa jupe crayon, ondulant avec ses coutures. Il était fasciner par cette entrée, sublime délice d'un menu.



Ils parlèrent, discutèrent, ajoutant des souvenirs trop rares, des sujets communs, si nombreux, des sourires et des rires. Elle était solaire, toujours unique avec ce rouge à lèvres si rouge, si splendide avec sa crinière noire, de brune méditérranéenne, avec ses yeux malicieux.

Ils passèrent par le jardin pour se poser sur une terrasse qui dominait la vallée, un lieu enchanteur, un coin de paradis cévenol. Le paradoxe de cette région qui peut être si froide l'hiver dans ses vallées, si chaudes et étouffantes l'été, mais aussi si tempérée en général, si belle, si austère et si forte, si naturelle. Ils respiraient dans les rares silences l'air du temps. Elle travaillait tant, tôt et tard pour défendre des emplois, pour les diriger, pour rayonner de sa force pure, de son enthousiasme.



Ils avaient le temps, elle croisait et décroisait sa jupe avec malice, John dégustait des olives, mais surtout des yeux, les jambes, des courbes basses puis les courbes hautes de la belle Cassiopée. Ils les appréciaient car si dans ce jeu d'exhibition naturel, elle excellait, son regard esthète la respectait. Elle se montrait, choisissait ou non de se montrer, de découvrir ou non ses seins, de beau et voluptueux bonnet sous une transparence, un plat de gourmet. Il regardait, elle souriait encore, toujours soleil dans sa constellation.

Elle se tortilla sur la chaise, observant aux alentours, puis déposa en quelques volutes, sa culotte sur la table, avec un sourire unique, celui d'une femme qui assume ses décisions, plus encore sa féminité, et ses coups d'éclats. Elle la tendit à John en disant "Commençons par commander le repas !"






Ils ont ri, encore et encore, parler de tout, respirant cette quiétude, comme un moment immobile sur la vie, avec ce paysage, le lieu était calme, un déjeuner en semaine, presque disponible que pour eux. Tout était sujet de paraboles avec les mots, de rigolades avec jeux de mots et jeux de mains sensuels. Ils étaient là, comme deux amis, simplement heureux. Jarretelles et dentelles, mais aussi bas nylon, furent des mots longuement évoqués, car ils étaient des passions, des instants partagés.

Elle était là, le soleil s'absentait, lui laissant son large spectre de sensualité, ses rayons de voile violet, de cuir pour ce corset. Il contenait son énergie, sa belle dynamite débordante de chair, de douceurs.



Derrière , bien caché sous une poitrine généreuse, se cachait ses émotions, et plus encore son coeur. Sensible, fragile, épris d'un bel homme, il battait au rythme des sentiments, d'amour pour l'un, d'amitié vraie pour les autres.

Ce jour-là, malgré la qualité réelle du repas, je ne me souvins que d'elle, de son soleil intérieur.

Emu.



M. Steed

11 commentaires:

pussy a dit…

Très joli texte, on y retrouve notre amie Cassio c'est bien elle avec sa joie de vivre et son éternel sourire.
Quant à la culotte, nous étions peut-être un vendredi, et oui c'est à son habitude de la poser le vendredi mais pourquoi pas un autre jour, je suis certaine que John a adoré ce moment, juste avant le repas.
En tout cas une belle amitié comme on les rêve!!!!
Bises à tou les deux!!!

Isa a dit…

Ces deux textes sont un bel hommage à une belle personne, si lumineuse et scintillante, comme l'étoile dont elle a si justement choisi le nom!

Miss Cassiopée , tellement jolie, brille au firmament de la féminité, d'une joie rayonnante qui ne peut que conquérir! Les photos en sont une belle illustration!

Des mots pour une superbe déclaration d'amitié!

Coccinelle a dit…

Je viens souvent vous lire, M. Steed, mais quand vous écrivez en violet ... ça devient vraiment pénible voire impossible. Quel dommage !

JohnSteed a dit…

@Coccinelle : suivant les contrastes d'écran effectivement c'est parfois moins lisible, alors j'ai ajouté un fond sagement grisé pour caresser vos yeux coquins ;-)

JohnSteed a dit…

@Pussy : J'ai le soleil qui nait en elle, qui brille, qui nous illumine avec son énergie, et sa sensibilité à fleur de peau, j'ai essayé de donner un portrait délicat, respectueux, plein d'amitié

@Isa : Oui c 'est une déclaration d'amitié. A faire plus souvent !

Lilly a dit…

Gourmets... Gourmand....
Et ces belles rondeurs dont je suis privée....
Bises....
Lilly

ennekaW a dit…

Vos mots, cher Jonh, sont une caresse sur les formes, ô combien sensuelles de notre amie Cassiopée. Quel bel écrin vous offrîtes à ces images astrales avec votre prose qui épouse,avec délicatesse, chaque rondeur du corps sublime de notre amie céleste...

Cassiopée a dit…

Ecroulée de rire en lisant ta réponse chez ton jumeau, émue à en verser une ici, merveilleux ami !
J'ai découvert que les punaises sont parfois de gentilles bestioles, avec même un cerveau, alors disons... moyen-plus :-)

Merci mille fois pour tes mots John, ce week-end sera auberge de Cocagne à Avèze, puis rendez-vous avec une fée. Tu te rappelles, bien sûr, c'était le même jour, le même PJ ;-)

De gros bisous aux copines et une léchouille à Mister S. :-D
Pour toi, un câlin-copain

François a dit…

Le texte est émouvant, les clichés séducteurs. Quel bonheur de vous lire, vous voir, vous imaginer...
Merci à vous deux,
Baisers distribués,
François.

Orion a dit…

Joli récit d'une belle journée en charmante compagnie.
J'aurais aimé être un petit oiseau sur la branche juste avant que vous passiez la commande !

JohnSteed a dit…

@Orion : Vous avez un soleil, dont je me devais de montrer la vitalité, la force d'amitié, la beauté rayonnante.

Je vous laisse cajoler cette belle amie.