dimanche 16 octobre 2016

Offerte pour mieux recevoir

Eliza avait rendez-vous sur ce parking sombre, un coin de ville endormie. Aucun passage, quelques feux tricolores qui illuminent de couleurs le macadam noir, quelques voitures, des retours tardifs, en quête d’une place, avec une seule envie, rentrer chez eux, au chaud. Elle attendait avec le souffle chaud sur ses jambes, libérées par ce manteau court.

Celui-ci ne cachait qu’un chemisier en mousseline fine, transparent pour ne pas couvrir son soutien-gorge noir et rouge qui enveloppait son bonnet D voluptueux. Une petite jupe plissée renforçait sa posture sensuelle, son choix de mode sulfureux, d’autant qu’elle ne couvrait que difficilement l’arrondi de ses fesses. Mini ou micro, la longueur n’enflammait que les regards, dans son entière volonté d’exhibition, partiellement assumée. Son client, après leurs échanges d’emails ponctué d’un court coup de téléphone plus précis, avait exigé des bas, de véritables bas nylon avec couture. Pas de résilles vulgaires, pas de bas jarretières trop classiques, il voulait du glamour. Les jarretelles s’affichaient sur ses cuisses, dépassant du manteau maintenant un peu ouvert, sur le cru de la chair blanche au-dessus des revers brillants, le tout dans la lueur blanche du proche lampadaire. La finesse du voile excitait le toucher, ses doigts impatients le caressaient.  Eliza ressentait la tension du string enfoncé entre ses fesses, la dentelle vibrant avec le chauffage. Son derrière s’appuyait sur le tissu du siège, elle attendait, toujours quelques minutes qui lui paraissaient longues. Des noctambules, mais pas son client, où était-il ? Elle le connaissait, tout comme son exigence dans ses fantasmes fétichistes, avec sa volonté de maître dominant. Ses ordres étaient clairs, non négociables, sinon il aurait choisi une autre libertine. Elle serait encore surprise, se donnant dans ses limites personnelles qu’il avait découvert dans leurs précédents échanges. Il savait et saurait l’emmener au-delà, sur des chemins sensuels et soumis, pour démultiplier ses sensations charnelles mais surtout dans son esprit. Tout en la baisant sans concession. Son plaisir brut mêlé de douceurs et de fermeté diverses. Elle aimait prendre l’argent, assouvir ses envies, recevoir des ordres et se donner toujours plus. Son corps l’amenait à jouir, sa maturité savourait les plaisirs intérieurs et intellectualisés. Surtout dans les yeux de son homme, ensuite plus encore avec lui, pour revivre certains instants plus forts., en elle.





Une voiture enfin, une camionnette, pas une berline habituelle avec le luxe du cuir intérieur, elle tourne autour du parking et finalement s’approche en se garant sur les places vides nombreuses. Lui, un costume chic avec cravate, se dirige vers elle. Il vient vers sa porte côté passager, elle allume la veilleuse intérieure, découvre ses jambes, ouvre son manteau pour exhiber son corps offert. Ils regardent.  Il détaille de haut en bas, acquiesce sobrement d’un signe de tête, ouvre la portière. Ils se saluent.
« Etes-vous prête pour ce soir ? »
« Oui Monsieur ! »
« Combien pour une soumise dans un cocktail fétichiste ? Pour vous soumettre, pour vous forcer la bouche, vos lèvres du haut et du bas, pour faire vibrer votre petit cul, combien ? »
« Vous avez mes tarifs, je serai à vous. Intégralement. »
Il sortit les billets, un à un, il les glissa dans les revers de ses bas, comme les clefs de désirs mutuels, de besoins profonds. Comme le signe conclu de sa soumission. 
« Où est votre collier ? Mettez-le avant de me suivre. Laissez aussi ce manteau, il fera assez chaud pour le reste du trajet.
Elle glissa le cuir sous ses cheveux courts, se laissa refermer la boucle argentée sur sa nuque. Il était réservé à ses clients privilégiés, les meilleurs dominateurs, les couples parfois, quelques dominatrices. Une signature pour se donner entièrement pour cette nuit à venir.
Il ouvrit plus largement la portière, elle saisit son sac. Dans le même mouvement il lui retira son manteau, jugé inutile. Sa peau prit conscience de la température de printemps. Mais surtout de ce lieu calme, aux fenêtres closes, illuminées ou éteintes, des volets qui cachait l’intimité des familles, mais aussi leurs regards sur elle, si peu habillée. Vingt mètres à traverser, le cul à l’air. La jupe micro ne recouvrait pas le haut de ses cuisses, tombant sur l’arrondi des fesses, laissant libre court à ses longues jambes. Le client savourait derrière elle, ses pas légers, perchés sur ses talons hauts, cette allure sexy. Cette exhibition excitait les deux parties, autant le fétichiste gourmet de jambes nylonées, qu’Eliza, réjouie de vivre cet interdit. Sa silhouette en liberté, sa féminité totalement fondue dans cette pute d’un soir.
Elle vint s’asseoir au chaud, il prît la place du chauffeur, ils glissèrent dans la nuit vers une rue inconnue. Quelques minutes après seulement, ils se garèrent dans une résidence, le portail s’ouvrit sur un garage, il entra le véhicule. En claquant la porte, il referma sur la nuit leur espace. Des murs gris, une lumière froide, un regard candauliste présent mais discret.
Il avait fait le tour, ouvrit la porte arrière latérale, puis celle de sa passagère.
« Complétons ce collier, chère soumise. »
Accompagnant sa parole de gestes, il saisit le premier poignet pour l’enlacer de cuir, de métal de boucles pour refermer le tout et accrocher d’autres éléments. Il fît de même avec le second. Puis il lui demanda de se tourner vers lui pour cercler ses chevilles, doucement sur les bas fins. Il prenait possession de son corps avec les futurs chemins pour d’autres liens, pour soumettre son âme de pute. Du piquant et de la douceur, du cuir et des dentelles. Peut-être trop d’ailleurs !
« Libérez votre  sexe et votre cul de ce string, là maintenant. Sortez de la voiture, donnez-lui votre dernière barrière. »
Dans la lumière blafarde, elle se leva face au mur fade, dans ce lieu sans parfums légers encore moins féminins, s’habituait à cet endroit sans décoration, un simple garage, mais avec un sol souple, comme une moquette, et surtout une chaleur bien réelle. Ce bien-être chaud l’enveloppait, il l’invita à sortir sur ses fins talons. De son autre main, il la poussa vers l’arrière de la camionnette.
« Voilà ton lieu de travail pour ce soir ! Là tu vas te faire baiser. »





Elle se pencha, se demandant où elle allait prendre place. Un simple matelas sur la plancher, , du satin noir et une tenture de fortune en satin rouge, des cordes et des mousquetons, un atmosphère fetish et rustique. Une claque sur le cul, il la repoussa encore, l’obligeant à se baisser, à grimper sur le matelas.

Il se pencha pour qu’elle soit à quatre pattes. Sans concession il saisit une sangle large pour attacher son collier . Ensuite ce fut le tour de ses poignets, pris dans des mousquetons et fixés à la grille métallique entre les fauteuils avant et l’arrière. Elle pouvait voir des yeux désirables et candaulistes, tout proches d’elle. Il pouvait l’embrasser à travers ce grillage. Le client entra dans cette cabine, il se glissa entre ses jambes, caressant les bas. Il lui écarta les cuisses, la forçant à offrir son sexe, pour lui lécher. Pendant de longues minutes il suça les petites et les grandes lèvres, absorbant le jus de son plaisir, il touchait avec ses doigts, il écartait encore, il poussait sa langue. Mêlant douceur lente, très lente même, avec des moments plus rudes, elle se cambrait, s’offrait toujours plus. Les mains quand elles ne s’introduisaient pas en elle, sublimaient ses jambes, des talons, sur les chevilles, sur les mollets, les doux genoux, les cuisses, les fesses, ses reins. Elle savourait. De sa grotte humide, il entrait et sortait un, deux, trois doigts, changeant leurs longueurs, les largeurs, s’essuyant entre son sexe et ses revers.

Il lui absorba son clitoris, sa grande spécialité, frottant dans le vide créer par sa bouche, le doux gland féminin avec sa langue durcie. Oubliant le temps, il dégustait longuement, dévorait les minutes et son corps féminin. Un doigt glissa aussi vers son petit cul, dans son étoile lisse.

« Dommage que tu n’es pas décidé de porter ton rosebud comme convenu, je vais être obligé de te faire vibrer. »

Dans un repli du matelas, il sortit des préservatifs, un petit gode, des plugs de toutes tailles. Il lui lécha le trou, la raie, la doigta un peu plus et très délicatement il enfonça un gode tout petit mais bien vibrant dans le cul offert. Elle ne voulait pas, du moins refusait ce plaisir nouveau, cette forme délicate en elle. Un paradoxe qu’il maîtrisait avec sagesse. Il prit possession de son cul, bloquant le gode bien en elle, pour la voir se crisper, puis face son plaisir réel, se libérer, jouir de cette sensation si profonde, si contraignante et savoureuse à la fois. Lui seul la prenait par là, elle refusait pour la forme, car à chaque fois qu'il avait pris cette initiative, son sexe avait triplé d'humidité, et ses lèvres coulaient à volonté. Des yeux la suivaient dans ce refus consentant, observant ses limites repoussées, cet orifice offert uniquement à cet homme.

Dans les minutes qui suivirent, il joua avec son corps, passant des cordes rouges sur le corps de sa soumise, variant les points d’attaches, sur la chair, dans le cube de métal. Il lui força la bouche pour y glisser un sexe dur, pour voir la salive et la langue l’avaler. Dans un tourbillon, il lui retira aussi son porte-jarretelle simple par un modèle plus fetish, avec douze jarretelles, il en profita pour lui bander les yeux, mais surtout pour la baiser plusieurs fois, profitant de ses jets de sperme ici et là, et durant les moments plus relax pour l’attacher encore, la caresser aussi, la prendre en photo. L'arrière de ce véhicule devenu un cube de métal, avec des cordes rouges attachés à sa chair, mais aussi tendus dans les interstices ou la grille entre les sièges avant et cette partie. Un bondage en trois dimensions, un labyrinthe visuel avec pour coeur vibrant, le corps écartelé d'Elisa, pénétré et jouisseur ! Elle avait lâché prise depuis de longues heures, pour ne se focaliser que sur ses plaisirs diverses, charnels et intelectuels. Etre vue, être vue en pleine jouissance, en plein orgasme, en totale prisonnière d'un jeux de cordes. Mais plus encore femme heureuse de se muer dans des tenues qui révélait ses autres facettes plus soumises ou plus follement dégustatrice de corps masculins ou féminins. Elle jouissait encore, en avalant ce sexe en elle, jambes et bras en croix, intégralement exhibée.

Des yeux sur elle, un de ses premiers plaisirs. Cet homme, ses yeux, à moins que ce ne fût ceux de son mari de celle-ci, présent voyeur sur siège passager qui ne flashe sur ses jeux fetish.


M. STEED




samedi 28 mai 2016

Briller 4 ...

John soufflait en croquant des fraises, partageant ce plaisir gustatif durant cette pause entre deux plaisirs charnels. Emma ouvrait sa bouche, avalait de petits morceaux sucrés. La soirée s'enfonçait dans la nuit, d'une autre chambre, des cris plus vifs s'affirmaient au-delà du silence. Mary s'amusait dans une fantaisie mêlée de cravaches et de bulles de champagne.


Ici la douceur caressait les deux corps nus allongés sur le chesterfield noir. Le cuir brillait, exhalant la chaleur des courbes posées sur lui. Leurs mains frôlaient les reins de l'un, les jambes de l'autre. Ici le cou et des lèvres pour avaler des goulées gourmandes de parfums, là un sexe ouvert laissant échapper des gouttes de bonheurs partagés. Gouttes blanches, luisantes, bulles d'émotions sur la peau, sueurs des ébats.





Emma était redescendue vers le sexe de John, les yeux fixant son gentleman gourmet, déjà reparti dans une autre bandaison bien dure. Coulissant en laissant ses jambes accessibles, pour d'autres faveurs du toucher si sensible de son mâle épicurien, elle se lovait sous ses bourses, léchant soigneusement celles-ci. Une raideur tenue par deux doigts, ses ongles reflétant les lumières de la pièce, le vernis expert dans cette volupté nue, elle absorbait les rondes boules, la peau lisse, la chair de l'autre. Elle aimait se remplir la bouche de ces parties intimes. Une odeur, la leur, imprégnant le sexe récemment sortie de son corps. Enlacement de ces molles rondeurs, elle se délectait de tout. Il soupirait. D'une main libre elle titillait l'étoile d'un anus humide.


John relâchait son corps, ne pensant plus qu'aux jambes nues d'Emma, à leur infinie douceur, une peau parfaite, un soyeux souvent caché sous quelques deniers de pur nylon. Dans ses pensées érotiques, il voyait les fesses bouger, il ne pouvait apercevoir que les cheveux d'une goulue pompant son dard triomphant. Le cache-cache amplifait ses sensations.


Et comme une apparition, dans la porte donnant sur le couloir, il vit Mary apparaître, en bas noirs et perchée sur des talons immenses, la démarche faite de petits pas, très féminins, très excitants. Les jarretelles tendues sur sa peau blanche, un corset de satin noir, brillant à contre-jour sur le fond du mur blanc. Les bras enveloppés de nylon noir, elle se caressait en les regardant. Il enfonça la bouche d'Emma sur son sexe, sur son envie doublement dure, il fit de même avec trois doigts dans l'entrejambe couvert de sperme et de cyprine. Un corps nu collé à lui, des lèvres l'absorbant au complet, profondément, et son regard sur un fantasme de glamour, bien réel. 


Son esprit se libéra. Son corps jouit !


.... à suivre

M STEED