mardi 7 mai 2013

Encore quelques mots sur elle

Ce soir, il avait débranché son téléphone, mis en silence ses mobiles, oubliés sous deux piles de livres. John cherchait une inspiration qui lui permettait d'écrire encore, de combler page après page le squelette de cette histoire pour lui donner une forme, une silhouette humaine.

Chaque paragraphe devenait un muscle avec le point final, avec les bas nylon qui enveloppait aussitôt cette jambe, cette cuisse longue avec ce creux longitudinal qui creusait imperceptiblement la longueur de ses muscles, dans une beauté spectaculaire. Il écrivait et donnait vie et formes à ses personnages, il leur donnait des mots, et au-delà encore des paroles dans leurs échanges. Des corps-à-corps dont certaines amies lui demandaient l'existence, le moment vécu et dont il répondait que seule l'imagination était la source.

Il décrivait une guêpière de dentelle jamais croisée, mais si vivante.




John était épuisé par ces derniers jours, ces dernières semaines, car la pression était immense, les moments de douleurs aussi. Il souffrait face à ses douleurs internes, leur intensité pouvait parfois lui couper le flux de mots, alors il se reposait, essayait de trouver le sommeil avec des rêves imposés, des bas nylon, des guêpières, des femmes qui jouaient ensemble, des mâles conquérants, ou simplement un repas, une dégustation de bons plats. Il ne vivait plus que pour ce roman, donnant ses forces, donnant son corps et les doutes dans ce support encore flou. Emma, d'autres amies, d'autres libertines l'avaient contacté mais il ne pouvait donner de plaisirs à ses belles, son physique frôlait le vide. Il ne pouvait partager de moments, de paroles, car sa concentration le retenait.







Il ne voulait mêler de plus les rêves érotiques et charnelles, parfois profondément fétichistes, parfois même délirants et sournois de son duo de héros, cette femme et cet homme, avec les désirs des autres, avec un paradoxe différent de ses propres envies. Il était un simple pousseur de mots, un homme bien plus commun que l'image idéalisée de ses lectrices. Il n'était pas son héros, jamais il ne l'avait été, ni même un instant souhaité, et encore moins en transfert vers ses chapitres. Il écrivait facilement certes, des lignes et des lignes érotiques, pleines de volupté, mais cela n'était qu'une cuisine gourmande par un gourmet.


Trouble, c'était le mot qui accompagnait le sensuel, le prochain chapitre qui donnerait la main, les doigts, le sexe à son corps, à ce livre, à cet enveloppe de chapitres et de phrases trop longues, à ces jouissances virtuelles, mais aussi à sa fatigue bien réelle. Tout se brouillait tout en s'organisant toujours plus et en remplissant les pages.





John n'avait finalement ouvert qu'à une femme, leur relation était  bien plus complexe que le jugement des autres, et  les cases associées pour ranger celle-ci. Elle était là, devenue ombre derrière son obsession, sa noyade dans l'océan des mots. De temps à autre, elle lui fournissait du thé, chaud ou tiède, des litres depuis des jours, en glissant aussi des mets qu'il ne touchait à peine, ce sens gustatif étant devenu annexe. Elle le couvrait quand il s'endormait sur son canapé, là, épuisé de donner ses mains à cet ouvrage, son esprit avec.

Elle se lovait près de lui, lisait, dormait, le suivait dans ses respirations, sa folle course sur cette silhouette.





Hier, il avait fait un arrêt, tranquillement, il avait accepté d'être sucer, d'exploser dans sa bouche, de s'écrouler comme dans un point final à un grand chapitre. Puis il avait pris son stylo-plume, délaissant son clavier, pour écrire sur sa peau, des mots doux, sur son dos, il serait le seul lecteur, le seul écrivain de ce texte court.

Défaisant une des jarretelles, écrivant sur la cuisse, remontant le nylon dessus.

Puis là, sur ce mont tout doux, chef d'oeuvre de douceur ultime. Encore quelques mots.



Elle avait dormi devant lui, ainsi peu vêtue, juste quelques transparences, quelques mots sur sa peau intime, et il avait repris son roman, le clavier et ses cliquetis dans la nuit.



M. Steed

Chères lectrices, chers lecteurs, 
Je vais être potentiellement moins présent, actuellement très pris par diverses activités dont l'écriture d'un livre (là encore un univers de mots). 

Merci de votre fidélité (100.000 pages vues)
MERCI ... laissez vos commentaires, cela donne plus d'interactivité entre votre lecture et mon écriture.

15 commentaires:

Lou a dit…

Douces pensées pour vous accompagner jusqu'au point final, en attendant prenez soin de vous ...

Isa a dit…

Cher JohnSteed
Peu importe que ce qu'évoquent vos mots soit le fruit de votre imagination ou d'un vécu réinterprété, seule compte la magie qui en résulte, l'émotion et le trouble que vos textes suscitent.
Laissez votre talent des mots s'exprimer, et au besoin , puisez la force pour continuer dans une théière bien remplie .

Dominique a dit…

JohnSteed : Epicurien, esthète, auteur, compositeur, metteur en scène,quelquefois acteur et magicien mais néanmoins un Homme.

Prenez le temps nécessaire pour penser/panser vos mots/maux. Je crois pouvoir dire que (je) nous saurons attendre votre retour, le soleil finit toujours par revenir.

Etoile a dit…

Et vous avez des nouvelles de Calamity Jane, vous.....?

JohnSteed a dit…

@Lou : Je prendrai un peu plus de temps, mais des textes sont programmés pour votre lecture et votre détente

@Isa : Je vais prendre le thé, quelques chocolats probablement très noirs pour retrouver l'énergie d'écrire jusqu'au point final

@Dominique : Je vois que vous penser à l'auteur, plus qu'à son personnage. Je vais essayer de mieux gérer la fatigue, mais je n'ai pas tout les talents que vous me prêtez.

Effrontée a dit…

Je viens vous remercier pour vos quelques mots délicats,déposés il y a peu, chez moi.

Je vous souhaite plaisirs et réussite dans vos projets !

Je vous embrasse à mon tour.

Eff

Lilly a dit…

Ecrivez....
Je vous lis...
Désormais lectrice fidèle...
Ecrivez au creux de mes reins...
Lilly

sandra et mika a dit…

coucou cher john ! nous venons prendre notre dose de charme d'érotisme et de glamour ! waouh quel régal ses images merci , nous sommes bouche bée c'est magnifique ! et les écris nous transporte trés loin .... trop loin pour rivaliser avec ton écriture .... gros bisous

Gilles a dit…

Je viens de découvrir votre blog au hasard d'une web balade et je suis subjugué par la poésie qui respire à travers vos récits agrémentés de photos toutes plus sensuelles et suggestives les unes que les autres... Bravo et merci !
Gilles

FLOW a dit…

Voilà qui devrait tenter le plus réticent à s'initier à la calligraphie et poser "l'ancre" dans ce petit lagon...;-)

françoisedu80 a dit…

Bonjour John ,
Je reviens à vous , pour vous dire que mon absence n'est que celle des mots déposés sur cette page .Comme le magnétisme d'un récit qui attend d'être avidemment parcouru chaque soir , j'ai suivi , j'ai attendu, dévoré entre dentelles, jarretelles , champagne et petits fours , cette impatiente , ce picotement qui monte lentement du fond de l'être et trouble la vue , les sens...en vous laissant fébrile...si faible ...si fatale...si désirée...si désirable !
Contemplation des tableaux qui comblent la vue , une sorte de transfert hallucinogène ,renforcé par la musique de vos mots , une addiction , drogue douce ...volontaire ...si voluptueuse ...
J'attends avec impatience (future) la dédice sur la page de garde ,votre livre à venir ,une encre bleue-nuit ...anglaises & déliées .
Baisers inspirés

( romanciers , hommes de plume ont besoin de vivre un moment dans leur "grenier" forme de torture pour exulter davantage la richesse collectée par leurs pu(a)pilles gourmandes )

JohnSteed a dit…

@Effrontée : Bises ma chère, c'est un plaisir de vous laisser quelques mots.

@Lilly : Ne me provoquez pas, car je serai heureux d'écrire un article complet sur votre dos, le prendre en photo, le publier, une oeuvre unique

@Sandra et Mika : Ne cherchez pas de comparaison, nous ne sommes pas là pour cela ;-) mais savourez les mots, car ici ma cuisine déborde de recettes entre amies et amis, de douceurs gourmandes, de mots succulents

JohnSteed a dit…

@Gilles : Cher nouveau lecteur, abonnez-vous, même si actuellement je suis moins prolixe, vous pourrez lire les archives avec plus de 100 textes et fantaisies. Merci pour les compliments, ils nourrissent mon envie de continuer, de partager des mots

@Flow : Oui, cet exercice pour l'avoir déjà pratiqué est extremement excitant

JohnSteed a dit…

@Françoise80 : Il faudra un peu attendre pour le livre, mais les mots avancent les douceurs glissant sur les pages, les envies se noient dans la jouissance.
Savourez les articles actuels.
Et continuons à échanger nos mots,

Bises pour votre sensualité

Ludie a dit…

Oh, juste une caresse , du vent d 'une aile, légèreté lointaine . Et si proche. L'eau frémit. Je vous l'apporte?