jeudi 5 janvier 2012

Duo ou Duel

Pourquoi aurait-il été là ce soir ?

Il avait laissé non pas des consignes mais ces petites touches, ces pattes de chat à lui. Ici et là, il était passé pour préparer le lit, ouvrir les draps de satin gris perle.

Sur la commode ancienne, entre les parfums, il avait déposé une boite satinée elle aussi, et mis en avant un parfum sur le bord de la commode. N°5 de Chanel pour elle, comme un message, comme un goutte qui glisserait derrière son cou, ses épaules et entre ses seins.



Sur le délicat tabouret rembourré, lieu d'exquises extases avec ses jambes ouvertes, souvenirs capitonnés, elle pourrait trouver un autre parfum, une autre ivresse, Shalimar, pour elle, pour dessous ses dessous, un parfum plus intime, différent, il adorait ce duo sur une femme, mais serais-utile ce soir ?

Sur l'autre commode, une robe noire, justement courte, justement longue, une combinette en soie à glisser dessous pour faire durer le plaisir, pour réchauffer sa peau, pour tant de désirs lointains. Une étole de soie et de voile, pour ses épaules, et là posés délicatement quatre bracelets larges de brillants, noirs et blancs. Elle savait où il les voyait, les imaginait. Sur chacun de ses poignets, sur chacune de ses chevilles.



Elle reviendrait vers la boite satinée, découvrir sa surprise, juste pour elles.
Un ruban à défaire, ouvrir mais pas trop vite !
Une paire de bas noirs, semi-opaques, à couture, une paire Libération qu'ils aimaient tant. Nylon totalement  fou et évaporé, elle se glisserait dedans. Un serre-taille en satin gris perle, un minuscule string coordonné, et un balconnet subtil pour son bonnet généreux, il ne tiendrait pas dedans. Il le savait, mais adorait ce débordement osé, gourmand et affolant.

Un mot "Le champagne rosé est au frais, avec vos flûtes, bonne soirée."

Elle s'habillait, jouait de dessous, de dessus dessous, de dessous dessus, de transparence et de de son ultra-féminité. Elle se plaisait, elle écartait les jambes devant le miroir, pour se voir, pour voir ce que l'autre verrait. Elle s'aimait, totalement, comme un papillon d'Armandie.






Elle attendait maintenant, dans un flot de musique classique, dans le grand salon, proche de l'escalier principal.

La sonnette, quelques pas avec ses escarpins à brides à talons très hauts, si élégants et si fins.

Elle ouvrit.

"Bonjour ma belle, je t'attendais, juste toi!"
"Bonjour ma douce, j'étais impatiente dans ce taxi d'être avec toi."

Deux belles robes noires s’avancèrent vers le salon, deux paires de talons fins, un duo vers un duel charnel.

JohnSteed

12 commentaires:

françoisedu80 a dit…

Bonjour John ,
Troublant récit de l'attente , fébrilité de l'imagination ,dans ce corps satiné ,celui qui sera bientôt caressé ,convoité ,désiré .Un frisson d'envie quand la goutte de parfum glisse entre les seins ,quand l'éclat du flacon se refléte dans le miroir ,quand les yeux brillent ,quand la température monte de quelques degrés ,le satin de la robe épouse étroitement ses courbes en laissant deviner les jarretelles sur les bas tendus ,elle se sent légère ,palpitante, la douce dentelle opprimant ses seins et ce délicieux string arracnéen qui flâtte l'interdit ,comment ne pas succomber bientôt sous les caresses ,les baisers ,les frôlements des mains amies , elles seront là , soupirs, désirs ,folies voluptueuses entre deux gorgées de champagne ,entre deux ...
Baisers à vous

Olivier a dit…

Très beau récit. J'aurais vu un duo Shalimar / Mitsuko. Deux fragrances que j'aime bien.
Plein de jolies pensées pour toi
Olivier

pussy a dit…

Très beau duo!
Le texte est splendide et les photos également, envoutant ce post.
Aurons nous la suite? Je l'espère...

Cassiopée a dit…

Un pur délice, je vais le relire.
Et j'aime beaucoup la deuxième photo.
Baisers parfumés

JohnSteed a dit…

@Françoise : Le récit vous emporte, ou l'avez vous déjà vécu, ou pire ;-))) encore l'envie de le vivre !

Merci à vous

JohnSteed a dit…

@Olivier : et si le duo continue, peut-être l'écrivain glissera une touche de parfum de la nouvelle arrivante pour vous ...

JohnSteed a dit…

@Pussy : si la foule manifeste son désir d'une suite, les mots viendront, les émotions aussi, les jeux de lèvres avec ...

JohnSteed a dit…

@Cassiopée : Rien ne vous interdit de faire cette photo pour nous, avec ce voile fin sur les rondes fesses, avec cette cambrure sans provocation, juste une attente, juste sa féminité en bas nylon, un peu de vous déjà ici !!!

Isa a dit…

Un texte joliment troussé qui célèbre la liberté de corps et des choix...des choix et des corps.

François a dit…

La fin de cette délicate lecture me laisse un bruit de talons dans la tête : des claquements assurés et assurément sensuels qui s'estompent petit à petit, menant l'esprit vers ce duel passionné, fusion des corps, chassé-croisés soyeux et amoureux... menant l'esprit vers des vertiges érotiques... Merci et bravo à vous cher John !
Bien à vous,
François.

françoisedu80 a dit…

JohnSteed , que vous révélez à l'encre de ma plume ,entre le tulle de ma guépière et l'impatience de mes escarpins ,la pétillance de ...mes yeux ,la gourmandise de ma bouche carminée ,les mots s'envolent et se chauffent sur la peau ...devinez mon cher Ami .
Baisers

Les coquineries de Laure a dit…

Je découvre... un blog très agréable.
Je découvre quelques lectures non moins agréables.
J'aime... j'y reviendrais.
Bises
Laure