vendredi 24 février 2012

Quelques photos, un moment de son existence

Rien n'avait changé, tout était dans l'atmosphère.

Elle reprenait ses dernières semaines, plusieurs mois de messages, d'emails avec des périodes vides dans leur échange. Elle vivait sa vie, du chant, des amies, des rencontres, de la musique toujours, quelques insomnies pour retraiter des photos, celle de sa vie courante. 

Elle avait cet oeil sur l'extérieur, sur les autres et toujours cette énergie positive et dynamique vers les autres. Des photos, aujourd'hui avec lui, devant lui, devant l'objectif, voilà, le temps changeait. Les bulles de champagne coulaient en elle, elle en rigolait, elle grignotait, elle savourait cette tenue nouvelle sur elle, cette relation nouvelle à son image. 




Une première fois, bien réelle à se montrer devant un photographe, un homme en l'occurrence. Mais une femme aurait-elle changé la donne ? Aucunement, elle savait que les yeux derrière l'appareil était ceux d'esthète en quête , non pas d'elle, mais de son image, de son corps visuellement, de ses émotions en totale féminité. Elle prenait conscience de tout cela, le savourait encore.

Ce soir, si différent de la routine, loin de son imagination, de son réveil ce matin-là, une proposition si différente pour finir sa journée. Elle était devenue un modèle, rentrant dans un jeu dont elle découvrait les règles au fur et à mesure.



Il lui demanda son avis sur les prochaines photos, en défilant sur son écran les premiers clichés. Là, celle-ci, celle-là, de beaux moments déjà des souvenirs. Que souhaitait-elle maintenant ?

La lingerie, les bas nylon posés dans leurs pochettes, des gants, des matières autres comme le vynil ou le latex dans un coin, il lui avait montrer ce tout, comme des propositions, comme des suggestions délicates. Elle souriait face à cet altruisme subtil. Elle fouillait un peu, osant sans oser vraiment. Des tenues à sa taille, des ensembles de lingerie variés, des balconnets néo-rétro, des shortys, et là une boite avec des strings, il l'avait ouverte, mais pas plus, trop timide pour lui imposer cet égard de nudité. Elle pouvait choisir.



Des bas noirs dit-elle, avec des coutures demande-t-elle. Pendant qu'il les cherchait, elle se déshabilla, juste en culotte et soutien-gorge cette fois. Puis lui demanda de l'aider pour cette guêpière de satin beige, avec les dentelles noires et sable mêlées. Il défit son soutien-gorge, glissa ses mais avec justesse, entoura sa taille, puis son buste, ajusta le premier cran dans le dos, soulevant sans toucher chacun de ses seins, les positionnant avec douceur dans leur coupe de lingerie. Qui était-il , aussi doux qu'une femme, sans un geste déplacé ?

Puis elle retira sa culotte, offrant son corps et son intimité à son regard si léger, il l'habillait d'un voile fin, chaud, d'un souffle tout en glissant son choix de lingerie. Il prit les bas, glissant la pointe après les avoir retroussés en quelques secondes, un geste sûr. Elle ressentit ce nylon quasi liquide sur ses chevilles, sur ses mollets, autour de ses genoux, sur ses cuisses. Il jouait des jarretelles comme personne, d'un doigt agile, précis, sans rejet glissant du bas, sans erreur sur la position sur le périmètre de la cuisse, sans trop de tension, sans gestes brusques.  



Elle voulait être son modèle, elle attendait des escarpins vernis, il lui proposa deux modèles, ne l'obligeant jamais, lui offrant le choix, la tentation.

Dévêtue ou vêtue pour les prochains clichés.

Elle reçut une jupe trapèze noire, un top avec un col bénitier, il la surpris avec quelques accessoires sortis de sa malle, un foulard si féminin, comme un parfum autour de son cou. Elle adorait ce jeu.

Il reprit son appareil numérique, un premier flash.

...et maintenant avez vous envie d'une suite ...


JOhnSteEd

13 commentaires:

pussy a dit…

Hum!!! Délicieux ce texte, personnellement, oui j'ai envie d'une suite!

Le photographe résistera-t-il aux courbes de la belle, et la belle va-t-elle oser aller plus loin avcec cet homme qui l'a fait rêver?

Dita en bas jarretières est aussi splendide qu'en jarretelles, ces photos sont très réussies!

françoisedu80 a dit…

Bonjour John,
Délice de l'attente en devenant l'égérie , celle qui sera *l'objet* de toutes les attentions soyeuses .Mystérieuse en guépière noire et bas couture , fascinante la taille prise dans un corset de satin , juchée sur de vertigineux talons , elle la femme vibrante de féminité , s'admire dans le miroir ,les yeux brillants en portant la coupe de champagne vers ses lèvres fardées .Convoitises, essayages, attente, le temps fixe les images pour ce moment magique .Chronos n'est pas pressé , il faut savourer la nuit ...
Baisers pétillants

JohnSteeD aka .................. a dit…

@Pussy
@Françoise

Merci de votre fidélité, car ici c'est un boudoir ouvert à toutes les fantaisies, entre les rêves et l'imagination, et quelques souvenirs d'un JohnSteed léger et coquin.

Mais uniquement deux commentaires, faites du buzz auprès des copines, car je pourrai alors écrire une suite ... ou la garder pour moi !

Bises sur le hauts de vos bas

pussy a dit…

C'est navrant deux commentaires et je comprends votre déception, écrire ces textes, les illustrer de magnifiques photos prend du temps et de l'investissemnt, on est déçu quand il y a qu'un faible retour et un faible partage.
En tout cas certaines attendent la suite, mais ...
Des bisous

Isa a dit…

Des mots, Cher JonnSteed, qu'il faut savoir apprivoiser .

Ils bouleversent, comme est bouleversée celle qu'ils évoquent.

On a ensuite envie de les savourer, de les déguster lentement, d'entrer dans le plaisir qu'ils distillent lentement, un peu comme lorsque l'on attache une jarretelle , ou qu'on la détache, en prenant son temps, l'une après l'autre, chaque geste étant lui même un plaisir et un prémice vers d'autres délices.

Oui...! une suite.

françoisedu80 a dit…

Mais oui ou sont-elles ces copines frileuses , habituellement nous sommes plus nombreuses et je suis comme Pussy et Isa ,j'attends fiévreusement la suite des évênements , votre plume si raffinée nous laisse dans un étrange suspens ! Je crois bien avoir été la première à vous lire en remarquant les magnifiques photos , guettant les textes suivant , alors laisser votre plume caresser le velin . J'attends, je vous attends tous les deux !
Doux baisers

Miss Legs a dit…

Partages entre le photographe et "son modèle", échanges, complicité qui font de ces séances d'agréables moments et souvenirs ! Sublimes photos, merci.
Baisers soyeux M. Steed !

Jill a dit…

Homme ou femme derrière l'objectif peu importe... il est souhaitable d'avoir un oeil averti et à la sensibilité singulière.

Un regard amoureux ? Amoureux des femmes et de leurs courbes...
Savoir trouver en l'autre ce qui fait son charme et sa beauté est un plaisir non dissimulé.

J'aime lorsque le modèle exprime son étonnement... Une séance photo est à baser sur un échange et pas en sens unique. Ce moment devient alors encore plus intense.

Baiser photographié pour vous...

Cassiopée a dit…

Ben... c'est pas parce qu'on ne commente pas qu'on n'apprécie pas mon cher John, tu le sais bien ! Manque de temps ou rien à ajouter, n'empêche que ça fait 3 fois que je le lis, ton joli billet :-)
Si seul le nombre de commentaires comptait, crois-tu que je n'aurais pas suicidé mon blog depuis belle lurette ? ;-)
Tout plein de bisous, allez zou, la suite !
Signé diablotine

Sand a dit…

Je passe, repasse sans laisser de traces...je suis inexcusable.
C'est pourtant très agréable de vous rendre visite.
Promis je ferais + de bruit les prochaines fois.
A très bientôt pour la suite.
Des bisous pour me faire pardonner.

JohnSteed a dit…

@ à toutes et tous !!!!

MERCI GRAND MERCI, car comme vous le savez, je ne compte pas les commentaires, j'écris du fond de mon boudoir pour vous !

Mais pour une fois, dans un moment de blues, de doutes (eh oui cela arrive aussi...) j'avais encore plus besoin de vous, de vos traces, de vos mots, de votre présence.

Mais passez, repassez et encore prenez votre temps dans ce salon privé, juste pour vous, même en silence car je vous apprécierai aussi juste en sentant votre parfum dans ce lieu, mes yeux fermés.

MERCI
MERCI
MERCI

françoisedu80 a dit…

Bonjour John,
Un souffle léger dans la tiédeur du boudoir ,la flamme des bougies a vascillé ,quand l'ombre furtive de sa présence s'est révélée , Elle ,debout fuselée dans le satin de sa robe noire ,l'escarpin appuyé sur l'accoudoir du canapé , un vrai *Tanagra* déjà il respirait son parfum , vite tendre les lèvres sur cette nuque offerte et glisser les mains sur ses courbes , s'eniver en duo ...
Soupirs ...(à la séance suivante de vous lire)

Baisers

François a dit…

Continuez donc, cher John, offrez-nous la suite de ce délicieux échange entre l'artiste et sa muse. Faites donc s'afficher les dentelles, crisser le nylon et claquer les talons, agitez nos sens par vos mots qui dessinent si subtilement de ravissantes esquisses dans nos imaginations fertiles.
Une telle séance ne peut s'arrêter ainsi ;).
Bien à vous,
François.