mardi 28 février 2012

Echanger avec ce photographe

Libérée, elle ne le fût pas au premiers clichés, même après cette seconde pause, elle avait été habillée, puis avait joué avec la première tenue. Pour la seconde fois, le second shooting, elle avait retiré ses sous-vêtements, accepté la douceur respectueuse de ses mains lorsqu'il avait ajusté la guêpière.

Etonnant cet homme, presque un inconnu malgré leurs échanges sur le net.

Etonnant esthète qui avec ses mots magnifiait ses qualités qu'elle ne se voyait pas, oubliait et gommait ses défauts, qu'elle ne pouvait ne pas avoir. 

Etonnant photographe jouant de son oeil unique, souriant parfois, corrigeant peu, soupirant légèrement des pauses, toujours à l'écoute, prompt à des moments naturels.







Il était là, maintenant elle sortait de sa coquille, elle s'ouvrait, non par manque de confiance avant cet instant mais simplement car sa liberté de donner son intimité changeait. Elle était libre de choisir, aucune équivoque de sa part, ce mystère l'excitait. Oui elle se sentait convoiter par ce regard, cet objectif, ses lentilles concaves et convexes qui aspiraient son image. Lui derrière voyait, maintenant elle était prête à toutes les photos, à s'exhiber non au sens vulgaire, mais simplement à tout montrer d'elle, plus que son corps, plus que ses courbes, un peu de son âme, libre.

Elle avançait, elle bougeait, savourait ses pas dans les bottes remplaçant les escarpins. Bottes fetish, oui probablement, elle avait rêvé pareille tenue sur les autres et maintenant sur elle. Vynil, vernies, brillantes, lumineuses en noir sur ses jambes, elle adorait se voir, le voir, savoir, espérant savoir ce qu'il voulait capter dans ses clichés. Elle lui parlait, il restait silencieux, bougeant lui aussi, avec de nouveaux angles de prises de vues. Avec un simple flash. Elle aimait changé de bas, fouillant avec envie et pure gourmandise dans sa boite de collection vintage, usant de coutures, abusant de poses de pinup, souriante !




Puis d'autres tenues viendrait comme ce corset underbust en noir, entre liens et baleines doucement pressantes, un soutien-gorge toute en voile noir, enveloppant à merveilles ses seins ronds, offerts en transparence. Un string noir, des culottes, des jeux de superposition, de voir et d'apercevoir, elle en riait, son imagination restait plus simple mais elle appréciait encore ses propositions, des bas gris perle, des bottes, une paire de cuissardes, trop petites dommage. La malle à lingerie surprenait, foisonnait de surprises, de jeux de gants en satin, rouge avait-elle demandé ! Elle s'offrait nue ou partiellement enveloppée de dentelles, de nouvelles tenues, elle n'avait plus de limites, juste une harmonie hédoniste avec son corps.
Très libre.



Ils s'amusaient, parfois sa main la frôlait mais toujours elle ressentait son regard encore plus doux. Plus charmé ou plus charmeur, jamais elle ne sût. Et quand elle tomba de fatigue, en regardant, sous un plaid  de cachemire, plus chaudement habillée dans sa nudité, les photos, les recadrages instantanés, les moments passés en cette soirée, elle lui sourit pour le remercier, il ouvrait le lit de cette large chambre d'hôtel. Elle dirait "oui" en silence.





Mais il l'enveloppa de la chaleur unique de la couette, se lova dans un coin de canapé, toujours avec son regard vers elle. Respectueux !

Il ferma lui aussi ses yeux, sa lumière inspirée.



JohnSteed



7 commentaires:

Isa a dit…

La suite est encore plus magnifique que les textes précédents!

Magnifique dans le choix des mots, la façon dont vous les tissez si délicatement, magnifique dans le moment évoqué tout en douceur et en finesse, magnifique dans le choix des photos, si voluptueusement sensuelles.

Merci, Cher JohnSteed , de nous confier ces textes, de nous les offrir comme un cadeau fragile enveloppé dans un papier de soie délicat.

Nous allons les savourer, en les lisant, et en les relisant sans doute encore, pour profiter de votre générosité, de la générosité de votre talent.

françoisedu80 a dit…

Bonsoir John ,
Elle s'apprivoise doucement déliant ses gestes , osant choisir des lingeries inhabituelles comme un corset en satin à large ruban , des bas coutures et des cuissardes, tout est devenu jeux à changer de tenues ,elle glisse dans une guépière ,laisse sa taille se comprimer dans un serre-taille , la main du photographe habilement agrafant un bustier ,redressant une bretelle , ajustant les jarretelles , elle se laisse guider en se grisant devant le miroir , se voilant , se dénudant , riant de cette étrange complicité , lumière douce ,musique
les images sont enregistrées ,une fatigue s'installe , elle se love sous la couette sous le regard de son photographe .Les étoiles brillent dans la nuit
Un bel instant de complicité de volupté, qui donne à ce récit de magnifiques images !
Doux baisers de nuit

pussy a dit…

Magnifique complicité admirablement décrite, voilà de doux moments que beaucoup aimeraient vivre!
Cette fin que nous attendions est digne d'un gentleman, quelle classe!
Quant aux photos choisies, ce sont les photos que chacune d'entre nous rêvent de faire!!!!!!!!!Un jour peut-être...

Miss Legs a dit…

Complicité, confiance, échange, regard et respect (entre autre)... les clés d'une belle séance photos !
Les images sont très belles
Baisers doux à vous Cher J. Steed !

Sand a dit…

C'est un pur bonheur !!!
Quelle complicité, ce qui n'est jamais gagné d'avance.
C'est beau tout simplement.
Merci pour le partage.
Bises.

François a dit…

Même les yeux fermés, la magie ne s'arrête pas, mais l'extase se prolonge suivant les promesses que ces moments passés firent naitre. Des promesses de plaisirs intenses, de caresses subtils, de jouissances incontrôlables. La porte de cette chambre d'hôtel s'ouvrait sur un rêve éveillé, le savait-elle ?
Bien à vous,
François.

françoisedu80 a dit…

Doucement encore ,
doucement les yeux fermés ,entre monde immatériel , flôttez entre nylon et dentelle ,se laisser porter par des yeux d'artiste , ne pas laisser filtrer la lumière ...
Doux baisers