mardi 23 septembre 2014

Perles d'automne

Automne doucement ensoleillé, les feuilles rousses au sol, elle avait traversé la rue, sortant de sa voiture garée, prenant son sac, quelques affaires pour s'habiller ou se déshabiller suivant ses envies, avec un manteau léger. Elle entra, le sachant de l'autre côté de la maison, derrière son clavier ou avec un livre dans un fauteuil club.

Ses talons marquaient sa présence, elle suivit le couloir, apercevant des bouquets de fleurs dans les vases du salon, des roses variant du parme au rouge le plus foncé, semblable à celui de ses lèvres. Poussant la porte du large bureau, elle l'aperçut, il lui fît signe d'entrer, finissant un chapitre, lui désignant un fauteuil. 

Après quelques minutes silencieuses, assise, elle le vît venir avec une large écharpe de soie grise, sortie par magie de ses mains. Il passa dans son dos, inspirant son parfum fort et sucré, elle savait lui plaire avec ce premier contact invisible. Des doigts pénétrèrent sa chevelure, lissant les mèches, caressant ses longues boucles d'oreilles, de jolies perles suspendues. En une seconde, sa vue se voila, le soyeux bandeau recouvrait ses yeux, et d'un geste ferme et doux, il serra deux fois à l'arrière.





Dans le noir, il embrassa son cou, posant ses lèvres près de ses oreilles, léchant les lobes avec une ample délicatesse, excitant la perle blanche sur sa peau. Lentement il lui retira son chemisier blanc, si élégant si chic, elle se déshabillait sans voir son corps, sans voir ce boudoir, sans voir les mains qui subtilisait sa mode. D'un signe sous son bras, elle se leva, pour perdre sa jupe crayon grise, ne sentant plus qu'une culotte, que ses bas sur le haut de ses cuisses, un peu perdue sur ses talons dans ce noir soyeux environnant. 

Il caressa son dos, ses seins dans leur soutien-gorge de satin noir, une coupe très ouverte qui laissait la pointe de ceux-ci à découvert. Il frôla, excita les mamelons, malaxa quelques secondes les tétons puis les volumes entiers, montrant sans présence, forçant les chairs pour revenir à des caresses plus légères, plus affolantes. Un silence, plus aucun mouvement, juste sa chair libre, exhibée face aux yeux de John, cet homme qui l'avait dégusté plusieurs fois, auquel elle aimait se donner, sans réelle soumission, mais avec le plaisir conscient de jouir de toutes ses offres, gourmandes ou charnelles. Même de cet après-midi où elle était venue s'exhiber en lingerie, en guêpière et bas nylon, lisant face à lui, quasiment nue, sans autre contact que ses yeux gourmets.




Il l'embrasse encore, ici et là, sur son nombril, surs ses fesses, sur le haut de ses cuisses, elle sentit le sol trembler, prise dans l'excitation, dans le trouble de son corps offert. Un nouveau contact, des perles, des centaines de perles, des colliers, de multiples brins lissant ses courbes, il tournait autour d'elle, attachant ses poignets, glissant sous le soutien-gorge, frôlant encore ses seins, entourant son cou, puis relâchant le tout. 

D'une main, il passa entre le tissu léger de la culotte et ses lèvres et là sans autre invitation, il enfonça des perles en elle. Une, deux, trois dizaines, d'autres encore, une centaine, toujours plus en frottant le clitoris, en remplissant sa vallée des délices, volontairement humide. D'autres doigts pour retirer cette lingerie devenue inutile, à mi-cuisse, puis sur ses chevilles, deux mains qui l'obligèrent à plier les genoux, à s'ouvrir en restant debout. Des doigts pour retenir les lèvres, d'autres pour accompagner de nouvelles perles, toujours plus. Une pause, un recul et une autre sensation douce, un arrondi plus gros, plus envahissant, pouvait-il encore l'ajouter en elle ?

Par deux fois, il força ce passage rempli, pour la posséder avec deux nouvelles boules, deux perles qui poussèrent les autres, l'envahirent de sensation. Sur l'arrondi de son entre-cuisse, elle sentit couler son plaisir, de ne savoir où irait ses jeux, de se donner à lui, de ne rien voir, mais d'avoir toujours plus envie.



Dans le noir du bandeau soyeux, il l'aida à retrouver le cuir du fauteuil, assise, à placer ses jambes, repositionnant un de ses bas sur sa cuisse, couverte de perles, ici et là.



Elle entendit son souffle, un baiser dans le cou, puis le craquement du parquet, proche de son bureau, plus loin. Ses yeux devaient déguster sa pose, elle le savait jouisseur ainsi, mais aussi photographe parfois pour prolonger ses vibrations esthétiques. D'ailleurs un mouvement se fit en elle, doux, très léger, plus réel, renouvelé, un frémissement répété, une perle puis toutes les autres pour amplifier le phénomène. Là entre ses jambes, en elle, les perles vibraient, décuplant et renvoyant les sensations.

Il devait sourire, elle reste sage, assise, élégante et féminine en lingerie et bas nylon, le bandeau serré, les mains liées, les cuisses fermées, jusqu'à la jouissance.




Soyeusement
Mr STEED







5 commentaires:

Hadrien des Ombres a dit…

Que l'on est loin des sanglots longs...

Marie Tro a dit…

Cette histoire est douce et veloutée. Je me suis régalée

Mario a dit…

Très excitant ! Très sensuel !

DuoNylon a dit…

Nous sommes pris dans le tourbillon de vos mots et de nos envies.

François a dit…

Délicieux cadeau... ;)))