lundi 3 décembre 2012

Complicité en Lingerie

Emma passait devant les vitrines de Noel. La semaine commençait dans le froid, le ciel annonçait des flocons de neige. Elle pensait à des cadeaux, pour eux, les proches, les amies, pour lui, pour elle aussi.

Elle savourait ce dernier week-end de repos, sans son mâle, sans aucune rencontre charnelle, mais où elle avait pris du temps, ce plaisir luxueux de ne pas avoir de planning, de contraintes. Elle avait bu du thé, grignoté des carrés de chocolat, lascive, dans une tunique en laine, avec le devant incrusté de perles, avec son étole de cachemire proche d'elle, un cocon soyeux avec un collant opaque noir pour envelopper ses jambes. Simplement coiffée, elle dégustait cette pause de deux jours avant les fêtes.






Elle s'arrêta devant un magasin, des dentelles, des nuisettes si fines, de la couleur avec du bleu électrique, du vert sapin, du rose tyrien, elle souriait de ce festival rare et coloré. Elle imaginait un paquet, une jolie boîte, avec un ruban de satin large, elle ouvrirait, elle tirerait les fines bretelles devant elle, pour apercevoir la finesse, pour ressentir ce souffle de lingerie. Elle aimait tant ce plaisir quotidien de l'habillage, entre la sortie de la salle de bain, nue, propre, intégralement femme, vers son dressing, vers sa large commode, ses tiroirs à froufrous. Elle ouvrait en douceur, elle ouvrait des boîtes satinées, des cadeaux de John, un aménagement sur-mesure juste pour ses dessous. Elle prenait un body de fin organza rouge, elle le posait sur le cuir recouvrant le dessus de la commode. Elle cherchait autre chose, c'était un univers où elle passait parfois vite, mais le plus souvent, elle prenait des minutes de bien-être pour s'envelopper d'une seconde peau qui la rassurerait dans son corps de femme, dans son humeur du jour. Comme pour les chaussures, comme pour son sac à main, à chaque jour, un choix d'accessoires rassurants, séducteurs, conquérants comme son caractère. Elle prit des bas noirs, avec un motif graphique sur le côté extérieur de ses jambes, pour allonger sa silhouette, elle choisit finalement un shorty de dentelle ivoire, un balconnet soyeux assorti, elle se glissa dedans. Elle avait une robe camel, une wrap-dress qui l'attendait sur un cintre, une merveille achetée récemment. Des bottines de cuir noir, sobre, moderne, pour des pas d'executive woman, elle était ainsi dans la vitrine, comme un miroir de sa matinée, de ses levers. Elle regardait, apercevait des nouveautés, des idées de cadeaux pour Noel, mais uniquement pour elle, ou pour cette amie. L'intime brillait dans la vitrine, elle venait de voyager en dessous de cette robe, pour ce bien-être, ce massage sensuel que lui offrait autant le voile de ses bas, la dentelle bien coupée, bien adaptée à ses courbes. Elle sourit.









John marchait dans la ville, la journée était finie, rien de particulièrement passionnant, la routine, la fin d'année, la pluie fine et froide. Il était dans ses rêves, ce moment de décompression post-boulot, alors que certains s'accordaient une cigarette, un verre, lui préférait flâner, découvrir de jolies visages, apercevoir quelques secondes des jambes, des bottes dans la foule, se réconforter avec une fine dose de féminité ambiante.

Sa drogue douce l'emmena par hasard vers d'autres rues, vers un lieu au sec, devant une parure de dentelle champagne avec de un fin plumetis noir. Il sourit, imaginant aussitôt sa belle, son Emma avec cet ensemble, ronronnant de cette image fugace dans ses yeux. Oui il aimait absolument la beauté infinie de courbes au féminin. Toutes les courbes, les rondes, les fines, les chaotiques, les débordantes, plus que les maigres et les osseuses, il humait avec les yeux les milliers de clichés, de tableaux, de corps, de vies, de rencontres. ces neurones mémorisaient tout, avec discrétion, mais l'enrichissait pour ses écrits, pour ses soirées douces, pour ses rêves parfois éveillés. Il dégustait cet esthétisme, ce plaisir si personnel, dérangeant si trop prononcé sur une paire de fesses, délicat si discret comme un souffle, pour mesurer au millimètre l'élégance, le naturel d'une tenue de mode. 



Il aimait imaginer sans la voir les dessous d'Emma, un clin d'oeil câlin, plus que coquin mais surtout il aimait envelopper de soyeux son corps car elle aimait le beau, elle aimait les cadeaux, elle aimait alors ses gestes, elle aimait choisir le moment où elle basculerait avec lui, plus loin. Rien n'était obligation, juste suggestion, choix d'un jour, d'une nuit, mais il savourait de varier en offrant des ensembles de couleur, ou en restant classique en noir ou en blanc, il aimait ses surprises, et parfois les réponses à ses attentes. C'était un plaisir juste pour eux, même si la transparence de certains chemisiers offrait de temps en temps des clins d'oeil généreux à tous les curieux et toutes les jalouses, ils adoraient ce sensuel toucher, cette finesse quasi impalpable, ces matières si charnelles, si intimes. 



Une complicité, un lien entre leurs vies, un relais de sentiments, des messages silencieux entre le visible et le caché. Elle portait sa féminité en plusieurs épaisseurs, il savourait ce chemin de découverte.

Il porta un regard vers une nuisette, un bleu électrique, un souvenir, un souhait, un cadeau, un simple sourire.


JohnSteed

8 commentaires:

Calamity Nj a dit…

Juste: j'aime...

sandra et mika a dit…

un texte et des images d'une telle beauté ! j'adore la lingerie,ça défini vraiment la féminité et ça rend fou un homme,mais qu'y a t'il de plus plaisant que de voir une femme en dessous sexy !hihihi....et en plus quand c'est son homme qui lui offre....bizou.sandra

Isa a dit…

Emma et John sont chacun dans leurs rêves...et finalement si leur pas ne se sont pas encore rejoints, leurs pensées volent sous des cieux semblables...des cieux sous lesquels la lumière est douces, où le souffle léger de l'air soulève des étoffes fines et délicates, des dentelles raffinées et des soies si douces.

Un bien joli texte, Cher JohnSteed...une suite?

François a dit…

Un tendre instant à deux, complice et séducteur. Délicieuse balade...
Bien à vous,
François.

Cassiopée a dit…

Et John entra dans la boutique pour offrir à Emma ce doux corset rose poudré (bon en fait c'était pour Cassio mais faut le dire à personne) :-)
Superbe évocation, bisousssssss

françoisedu80 a dit…

Bonsoir John ,
Magnétisée , hypnotisée , elle est là devant la vitrine éclairée , sous ses yeux une débauche de dentelles,un luxe de satin , plumes et marabout sortant de coffrets , quelle envie de couleur , quelle parure retiendra son attention ,une guépière ivoire festonnée de dentelle noire et bas aux revers assortis ? un serre taille violine ,ou cet ensemble délicieux si léger , si raffiné couleur du temps au fin liseré de velours ? Une fièvre soudaine monte et fait briller les yeux de Emma , une envie d'entendre le froissement du papier de soie !
Et si John par télépathie et si lui aussi ce fou de lingerie s'arrêtait devant la vitrine et si, mais il sait ,il veut et c'est lui le petit bruit délicat de papier de soie !
Baisers soyeux

pussy a dit…

Un homme qui aime offrir de la lingerie à sa douce est un homme déclicat et attentionné! Mais le cadeau n'est-t-il pas pour les deux?
Si Cassi choisit le corset rose , je choisirais la lingerie noire avec les petites lannières réglables, j'ai eu l'occasion de la voir de près , c'est une pure merveille!
Bisous cher John, continuez à nous gâter!

Miss Legs a dit…

Entièrement d'accord avec Pussy, et je crois que nous avons la chance chacune d'avoir une perle rare à nos côtés ;) ! Quand à la petite robe noire, la fameuse petite robe de chez "Bordelle", c'est un petit bijou... pas encore vu dans une vitrine ;)...
Baisers doux à vous M. Steed !