jeudi 14 mars 2013

Désirs à trois 1/3











Dans un coin du salon, la cheminée, deux canapés, des flûtes de champagne qui reflétaient la lumière vacillante des flammes, j'entrais dans cette pièce, en suivant ce couple, une invitation d'un soir.

Nous avions sympathisé sur internet, au gré de nos envies, de nos habitudes, de nos vies. Le temps avait changé, le net ouvrait des possibilités, mais aussi proposait un hall immense rempli de personnes aux envies très, réellement très variées. J'avais croisé des profils divers sur les sites libertins, le feeling était mon premier critère, plus que les descriptions, les photos de bites, de cul, de chattes, de baise. J'avais ciblé quelques couples, éloignant les femmes seules, les hallucinés de tous genres. Je n'étais pas en manque, juste en quête d'une gourmandise, d'une harmonie délicieuse à se mettre sur la langue ;-)




Avec eux, j'avais croisé des photos, de belles photos de bas nylon, sans pornographie mais plutôt en élégance coquine. Madame semblait aimer cette lingerie, les photos de Monsieur semblaient elles aussi nous faire partager un atmosphère. Dentelle, satin, soie, nylon, couture, et belles chaussures, tout ceci se conjuguait avec froufrous et rires. Parfois un peu plus explicite, des caresses, des corps nus, nous avions pris contact.

Je savais qu'ils étaient probablement assaillis de propositions nombreuses, mais j'essayais de donner des mots et des sensations avec eux, pour m'écarter du profil libertin-baiseur. Le contact était venu, doucement, quelques emails, quelques photos échangées, puis un coup de fil, un premier contact avec lui. 

Le soir suivant, ce fût avec ce couple que je passais une heure à discuter de fantaisies, de leurs attentes, de scénarios du moins de douceurs attendus, de fantasmes en rigolant. Le feeling était venu très vite, leur approche ressemblait à la mienne, en souhaitant découvrir des petits bonheurs avec d'autres corps.

Un couple, un mari, une femme, mais un discours commun, dès le clavier, plus encore au téléphone, ils étaient tous les deux amoureux, pas vraiment libertins, mais avec une envie de nouvelles sensations sensuels et sexuels. Elle était très volontaire, très sure d'elle, de ses envies et ainsi à l'image des photos où cette lingerie était portée pour elle en premier lieu.

Mais il avait une envie de couple, non pas venant  lui exclusivement en soumettant sa femme à ses désirs.  Ils avaient exprimé leur envie d'un trio avec un autre homme, avec moi. 





Un canapé suffit à nous sourire, à nous présenter, à nous mettre à l'aise. Madame s'installa entre nous deux, elle voulait être non pas le gâteau croqué par deux mâles, mais la reine recevant des plaisirs multiples. Champagne, tapas, des gourmandises sur la table, j'ajoutais les miennes, des verrines délicieuses à croquer, à sucer, à lécher, avec ou sans cuillère. Nous avons pris nos repères, parlant de vie, de sexe, de libertinage, de dentelles.

D'ailleurs la reine de cette soirée, paradait en corset underbust de satin noir, une beauté qui libérait sa poitrine dans un soutien-gorge de dentelle noire quasi transparent. Ses seins remplissaient de leurs formes, de leurs arrondis ce tissu, montrant des tétons gourmands, apparemment émus. Un serre-taille gainant qui enveloppait les hanches, une gourmandise de tissu tendue par de la volupté. Une culotte de dentelle assortie cachait, sans réelle opacité une touffe fine au-dessus d'un sexe épilé.

Le plus beau à mes yeux étaient ses jarretelles noires, un nombre que je n'arrivais pas à définir, huit, dix, douze ou plus, elles marquaient ses cuisses vers des revers de nylon argenté, un bas gris d'un côté, un bas noir de l'autre, sa fantaisie à elle. Elle en souriait.

Des talons fins, des chaussures cage si fines, si fragiles, si fortes quand elle se tenait debout, les jambes droites, les coutures verticales, une évasion érotique, un beau début de soirée. Elle servait le champagne, nous étions en boxer, lingerie d'homme, nous avions les mains sur son corps.




L'envie était partagée de tous, comme des caresses en manque, avec nos corps en demande de nouvelles sensations. 


... 1/3 à suivre ...

M.  STEED




6 commentaires:

Lilly a dit…

Vos écrits à vous vont donc me manquer...

JohnSteed a dit…

@Lilly : J'ai mis ma plume dans ces trois textes, et les images, je reviens vite.

Cerenella Domi a dit…

Un joli texte pour une belle recontre à suivre. Les détails sont parfaits, nombreux, feutrés et c'est très agréables quand les pj ou les escarpins sont ainsi mis à l'honneur.
Amicalement vôtre !

François a dit…

Agréable mise en bouche... ;)

Mr De Havilland a dit…

Finesses sur canapé...ou dentelles à l'appel du loup?

JohnSteed a dit…

@cerenella domi : le jeu commence avec les yeux, parfois les mots, ici les situations, des gourmandises variées, mais toujours des jarretelles et des coutures tendues ;-)

@François : La mise en bouche continuera ...

@Mr De Haviland : Finesse et gourmandises d'un trio qui adore le calme, la douceur permanente, les caresses infinies