samedi 23 mars 2013

Profiter d'elle !

Emma avait reçu une longue lettre de John, des mots qu'elle avait pris le temps de lire dans son bain, seule, en de délassant au son du jazz. La neige dehors, l'hiver faisait résistance ces derniers jours, elle ne souhaitait pas ressentir ce froid, elle travaillait avec téléphone et ordinateur, pour des clients ici ou ailleurs, mais dans son cocon de chaleur.

Il avait privilégié un paquet et cette lettre manuscrite, si rare à notre époque, une invitation aussi.

Elle avait une adresse, qu'elle connaissait, une date, une heure, et quelques notes, pas des instructions ni des obligations, plutôt des suggestions. Une invitation à prendre du plaisir, pas avec lui, il était ailleurs, en train d'écrire, de combattre ses doutes, de soigner avec des mots certaines blessures. Alors il offrait de la détente, un peu plus qu'un simple massage, qu'un moment en institut de beauté.


Emma avait enveloppé son corps d'une nuisette en voile noir, totalement transparente sur des dessous noirs du même style, avec des bas noirs couture, un classique, mais aussi maintenant une partie d'elle-même, de son identité féminine. Des bottes ou des escarpins, elle avait hésité, prenant les deux à l'arrière de son cabriolet, chaussant des ballerines plus confortables pour conduire. Les cheveux relevés, un coin de mascara, les yeux de biche, de femme fatale, elle voulait croquer des plaisirs. Il avait glissé dans le paquet, une robe en cuir bi-matière, qui tombait à merveille sur ses hanches, sur sa silhouette de femmes, sur ses seins. Zippée de haut en bas, devant et derrière.

Elle avait la clef, elle a sonné, juste à l'heure, elle a ouvert le lieu, passant de pièce en pièce, traversant le salon allumé, vers la chambre du fond, là elle a trouvé Mary, demi nue, attentant sa venue. Mary la blonde cachée sous une perruque brune, jouant une de ces féminités, le sein à l'air arrogant, les jambes nues, les talons plantés dans le sol.



"Mary, lèves-toi, tu es là pour moi, pour me donner du plaisir. Alors trouves toi au plus vite des dessous soyeux et je t'attends dans le salon."

Emma prenait en main cette soirée, pour elle, pour dominer Mary, insoumise habituellement, toujours under-control dans ses relations intimes sauf avec ces deux-là. Elle devenait leur objet de luxure, de sexe, de possession, de jeux sexuels, elle recevait tant de caresses, de forces érotiques, de bonheurs charnels qu'elle adorait être ainsi avec eux.

Un balconnet ouvert pour laisser ses seins libres, un string fendu, elle ne s'encombrait de peu, des bas feraient plaisir à John, mais il n'y avait qu'Emma.



Celle-ci l'attendait debout, dos à son arrivée, le regard vers les fenêtres, les lumières du soir, le calme d'une circulation moins importante, du jazz, du piano en douceur. 
"Retires moi cette robe, enveloppes moi de ta douceur, de tes mains, je le veux."

Mary, se frotta, partagea son parfum, joua de ses mains pour être partout sur elle, pour lui donner plus que son corps, un tourbillon sensuel. Elle léchait son dos, à travers les trous de cette nuisette, sautant par-dessus les attaches du soutien-gorge, s'arrêtant sur ses fesses, chacune, l'une après l'autre. Emma se tourna, les yeux droits dans ceux de Mary, l'agenouilla d'une pression, ouvrit ses jambes pour recevoir une langue sur ses lèvres. 

Délicatement,
Doucement,
Avec des gestes lents,
Un doigt ici sur la peau au-dessus de ses bas,
Un doigt sur une lèvre, 
Verticalement,
En elle, profondément,
Pour elle, puis cette langue.

Après de longues minutes, des tremblements, des relâchements, des pics de jouissance, elle poussa Mary vers une chaise, la positionna comme elle le souhaitait, et s'assit sur son visage. Elle voulait sentir et jouir encore de la langue sur ses lèvres, intégralement pour elle.




Elle profita des moments intenses de ce jeu, s'offrant aussi les lèvres de Mary, un sexe ouvert avec une humidité qui poissait ses cuisses, coulait vers le brillant de son rosebud. Dans les plaisirs, dans les moments où ses jambes pliaient sous le plaisir, elle s'enfonçait en elle, appuyait sur le brillant, titillait ce corps, son cadeau soyeux.





Mary reprenait son souffle, respirait, entre les cuisses de cette belle amie. Son parfum intime, elle l'adorait. Elle glissait des doigts, tenait ses lèvres, petites et grandes dans l'action, frottait sa langue, suçait, léchait. Toujours plus, elle cherchait les vagues, celle de la jouissance, celle d'un bonheur frissonnant, celle de ce corps qui s'appuyait sur elle, alors en total relâchement. 

Avec cette musique, du jazz mais des petits bruits intimes, des décollements humides, elle sentit monter le bonheur, deux doigts sur ce point intérieur si sensible, un pouce entre les fesses, très doucement introduit. Tout vibrait, les petits cris, le souffle sur son sexe à l'opposé, elle ne voyait rien, elle participait pleinement au nirvana d'Emma. Encore plus de cris, de silences criant "encore", elle remit sa langue sur le clitoris, dur, frottant, suçant celui-ci en extérieur mais aussi dans son nerf intérieur. 

Et soudainement, il y eut des cris, plus intenses, des mots inintelligibles, des sons, de la pure jouissance entre les muscles hyper-tendus et un abandon mêlé du corps. Sa surprise fût encore plus forte, car son visage reçut alors une pluie liquide, tant et tant d'humidité, sur ses doigts, sur elle, dans sa bouche. Le plaisir liquide d'Emma.




M. Steed


8 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci pour ce beau texte,
l'hétéro que je suis s'en trouve tout émoustillée !
bravo...
mariposa

JohnSteed a dit…

@Mariposa : Les plaisirs, des unes et des autres, n'empechent pas notre imaginaire de les adapter à vos désirs.

François a dit…

Duel de femmes, duo de femmes... Splendide !
Bien à vous,
François.

sandra et mika a dit…

toujours beaucoup de sensualité sur tes pages ! et un plaisir certain de venir te rejoindre chez toi ! le charme et l'érotisme de ses duos féminins ! on éspére avoir cette chance un jour de faire des clichés comme ça !!!
ps : si tu es intéressé nous avons publié un nouveau thême ! gros bisous et au plaisir de te lire ...

Lilly a dit…

Je découvre ces images, je lis ce texte... à mon bureau... Emois... Emois très intimes... Que je vous confie cependant....

JohnSteed a dit…

@François : Duo de beauté à regarder comme un plaisir jouissif, à déguster des yeux


@Sandra et Mika : Savourez chers fidèles passagers de la sensualité. (Je suis bloqué par canalblog, donc je n'arrive pas à rentrer chez vous)


@Lilly : Les plaisirs saphiques vous rendent tout chose !!! tant mieux, prévoir plusieurs culottes au bureau. oh !

Lou a dit…

Lire puis relire, se surprendre à rêver à d'autres émois ....

DuoNylon a dit…

Un plaisir que nous adorons, une surprise pour libertins gourmands